La transformation digitale vu par Romain Rissoan

romain rission expert digitalisation des entreprises

La transformation digitale touche aujourd’hui toutes les entreprises. Pour mieux comprendre le rôle des réseaux sociaux dans cette dernière, nous avons décidé de demander son avis à Romain Rissoan. Auteur, consultant et formateur en digitalisation des entreprises, il répond à toutes nos questions pour une nouvelle interview « Ils font le web »

Voici une vidéo qu’il a réalisée pour résumer ses propos. Mais pour comprendre l’ensemble sa réflexion sur la transformation digitale et son avenir, on vous conseille vivement de lire l’intégralité de l’interview.

Réseaux sociaux et transformation digitale, où en sommes-nous ?

Selon vous, quelle est aujourd’hui la place des réseaux sociaux dans la transformation digitale des entreprises en France ?

On pourrait donner plusieurs réponses à cette question.

Tout d’abord que les réseaux sociaux ont une responsabilité très forte dans la transformation des entreprises en général. D’abord, parce qu’ils ont vraiment permis de matérialiser l’existence de cette fameuse génération Y et de toutes les autres (Millenials, Generation Z, Alpha…). 

Ensuite, avec justement tous les changements culturels associés à ces nouvelles générations, le besoin de mobilité (travailler depuis chez soi ou sur son smartphone), le besoin de casser les processus et les barrières (structurelles et hiérarchiques).

Enfin avec les interconnexions inter-structures (se connecter avec son profil Facebook pour commander sur un site E-commerce par exemple), les ouvertures, le travail collaboratif, l’open source…

Ensuite, les réseaux sociaux, sont, comme évoqués dans ce précédent point une passerelle entre les systèmes. Tous les systèmes ont adopté ou adoptent encore la “social media” attitude pour ne pas dire la Facebookisation. Chacun à son niveau.

Par exemple, sur LinkedIn, on observe une vulgarisation du contenu. Par ailleurs, les entreprises imposent de plus en plus à leurs commerciaux d’utiliser LinkedIn. Et Microsoft, a racheté LinkedIn (pour 26Md de dollars). Par transitivité on peut donc dire que Microsoft est désormais partenaire de Millions d’entreprises pour qu’elles soient plus cool, ouvertes sur l’extérieur et agiles.

Et la troisième réponse à cette question est qu’en fait, c’est l’arbre qui cache la forêt. Car derrière les réseaux sociaux que nous connaissons (Facebook, Twitter, LinkedIn…), se cachent une myriade d’autres médias sociaux. Ils ne s’appellent pas forcément réseaux sociaux, mais sont bien les fruits de cette croissance social média.

Blablacar est un très bon exemple connu de tous. Sur blablacar chacun a son profil, chacun peut échanger la barrière de la peur de l’autre est tombée. La solution est indiscutable en particulier lorsque tous les transporteurs habituels (train, avion) vous ont laissé tombés.

Aussi, on pourrait se demander la suite de tout cela et l’avenir des médias sociaux, en particulier dans notre sphère professionnelle.

La présence des médias sociaux dans notre quotidien professionnel

Alors du coup, quelle serait la suite ? Encore plus de présence des médias sociaux dans notre quotidien professionnel ?

Plus de dimension sociale, collaborative et interconnectée avec l’extérieur oui. Plus de réseaux sociaux non. Juste pour information, on peut voir clairement sur Google trends la chute d’attrait pour les réseaux sociaux. Non pas parce que les gens les rejettent, mais parce que cela fait partie des murs, de notre structure communicationnelle. C’est un peu comme Coca-Cola et Mac Donald, on ne les entend plus trop, mais leur position est indiscutable et leur marketing exemplaire.

En revanche, l’émergence de médias sociaux alternatifs n’a jamais cessé de croître avec l’idée d’une forme de Facebook Alternatif. Je me suis amusé à demander sur LinkedIn, quels étaient les réseaux sociaux à connaître. Les résultats sont intéressants et surprenants. Chacun y va de sa propre utilisation des outils sociaux en évoquant souvent l’incontournabilité de l’outil. C’est ce que l’on appelle la verticalisation des outils. Une forme de spécialisation thématique (Exemple : le sport) ou fonctionnelle (Exemple : la capacité à proposer des vidéos).

Au final cette expérience montre que les Big Three des réseaux sociaux sont centraux. Mais tous les médias sociaux satellites prennent une place encore plus importante dans l’agenda de chacun.

Pour vous parler des deux médias sociaux que j’utilise régulièrement par exemple : Slack (messagerie instantanée) et Strava (pour performances sportives comme le vélo ou la course à pieds). Je passe plus de temps sur ces deux outils que sur les autres médias sociaux. Car la communauté est plus réduite (centre d’intérêts communs) et donc plus qualitative.

Mais pour moi un outil professionnel incarne le plus la dimension social média. C’est le CRM voire l’ERP. Pour moi, c’est vraiment incroyable de constater cela.

Pour faire simple, prenons l’exemple de Salesforce. Ils ont repris exactement le principe de Timeline (fil d’actualité) et de Follower. Et c’est génial, car cela désengorge profondément les boites e-mail de chacun. Pour faire simple, les gens ne parlent pas à d’autres gens en se mettant tous en copie. Ils parlent sur un dossier, soit via Salesforce soit via leur boite email, ce qui permet de centraliser tous les échanges au sujet d’un dossier au même endroit. On peut liker le dossier, le commenter, le partager, voir que Mr X a enrichit le dossier.

Un tel exemple est pour moi LE véritable bon exemple de l’apport des réseaux sociaux dans la transformation digitale des organisations.

L’avenir des médias sociaux

Si je comprends bien, on a un duplicata des fonctionnalités de base de Facebook, Twitter et LinkedIn dans nos outils habituels. C’est ça l’avenir des médias sociaux ?

Oui, nous avons donc en résumé d’un côté les outils classiques qui augmentent leur dimension sociale et collaborative (Exemple : Saleforce). De l’autre côté, on a les outils émergent qui proposent de nouvelles fonctionnalités (Exemple : Snapchat avec son filtre en réalité augmentée permettant de se mettre un masque virtuelle) ou une nouvelle approche sectorisée pour combler les trous du marché (Exemple : Digiforma qui propose un applicatif permettant de gérer la formation de manière plus ouverte que les traditionnels outils fermés).

Au final si on devait parler de l’avenir des médias sociaux et leur intégration dans la transformation digitale je dirai que tout finira par s’interconnecter selon des règles qui vous administrerez vous-même. Le très bon exemple est IFTTT qui vous permet par exemple de poster sur Twitter vos publications Facebook.
Pour faire simple, cela vous permet de vous rendre indépendant d’un outil en particulier en interconnectant soigneusement chacun d’entre eux.

Voilà, j’espère que cela répond à vos questions.

 

Nous avions déjà eu la chance d’interviewer Romain Rissoan, pour des conseils sur l’utilisation des réseaux sociaux à l’occasion de la sortie de son livre « Réseaux sociaux : augmenter votre R.O.I. ».

Postez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.