Ce que les réseaux sociaux (surtout Facebook) savent de votre vie

Il est important de contrôler son identité numérique et ne pas nuire à sa e-reputation

Si vous pensez qu’un site qui étudie vos statuts Facebook pour dire au monde que vous avez la gueule de bois, avez pris de la drogue ou que vous cherchez à vous faire licencier est troublant, alors vous n’avez pas tout vu. C’est en fait assez réducteur par rapport à ce que les réseaux sociaux seront un jour en mesure de déduire en fonction de ce que vous choisissez de diffuser publiquement sur les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux savent beaucoup de choses sur notre vie

Une expérience troublante

Callum Haywood mène actuellement une expérience appelée « We know what you do » (en français, « Nous savons ce que vous faites »). Il cherche à démontrer les dérives d’une exposition inconsciente de sa vie privée sur les réseaux sociaux. Il part du constat que beaucoup de personnes ont déjà perdu leur emploi ou divorcé après un post malheureux sur Facebook. Il extrait uniquement des informations disponibles publiquement. C’est à dire que quiconque possédant une connexion Internet y a accès (voir ces données brutes ici).

L’étude des comportements sociaux : une science de plus en plus pointue

Le phénomène est inévitable. D’un côté, les sociologues spécialistes des médias sociaux deviennent de plus en plus pointus dans leurs analyses et leurs outils. De l’autre, les outils informatiques atteignent une puissance et une rapidité jamais égalée. Ainsi un jour, toutes les informations dévoilées publiquement pourront être compilées et analysées. Avec ce travail, Haywood met en lumière, la nécessité absolue de bien contrôler les paramètres de confidentialité de Facebook ou autre plateformes sociales. Si ce n’est pas le cas, on risque de voir sa “vraie” vie impactée fortement…

Par exemple, il y a quelques mois Facebook’s Data Science Team a posté des listes de chansons que les gens avaient écouté avant de changer leur statut pour signaler qu’ils étaient en relation de couple. Une seconde liste avait été édité avec cette fois des titres écoutés avant de changer de statut pour indiquer qu’ils avaient rompu. Cette fois, les données étaient brutes. Mais il est facile d’imaginer que, même si les gens choisissent de ne pas partager en ligne les détails de leur relation, on pourrait un jour en déduire assez grâce à tous les autres autres signaux qu’ils partagent. Par exemple, telle chanson a été écouté par X, alors il a probablement vécu une séparation il y a peu de temps…

Une mine d’or pour Facebook et les annonceurs

Facebook entré récemment en bourse a trouvé ici une nouvelle façon de monétiser son business. C’est une mine d’or également pour les annonceurs. Envoyer une publicité pour une escapade amoureuse à des gens qui écoutent “Love On Top” de Beyonce et des annonces de rencontres en ligne pour les personnes qui se passent en boucle “The Cave” de Mumford & Sons.

«Il est difficile de prédire où nous irons, car nous sommes juste aux prémices de cette science » dit Cameron Marlow de Facebook dans le dernier numéro de Technology Review, What Facebook Knows. “Le nombre de choses possibles qui pourrait émerger des données disponibles sur Facebook est énorme“, ajoute t’il.

900 millions d’utilisateurs Facebook étudiés à la loupe

Marlow dirige une équipe de 12 chercheurs qui “peuvent piocher dans pratiquement toutes les données personnelles que Facebook possède”. Ils mélangent les mathématiques et la programmation avec les sciences sociales pour en tirer toutes sortes de connaissances. Et Marlow souligne tout au long de l’article que la science est jeune et que le travail des chercheurs ne fait que commencer. Facebook devrait doubler la taille de l’équipe Data Science d’ici un an. “Pour la première fois” a dit Marlow, «nous avons un microscope qui nous permet non seulement d’examiner le comportement social à un niveau très fin tel que nous n’avons jamais pu atteindre auparavant, mais aussi de le faire sur des millions d’utilisateurs.”

 

Postez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This