Oui ! Réseaux sociaux et politique font bon ménage !

Cette affirmation, c’est moi qui le dit ! Mais c’est beaucoup moins sûr pour les intéressés : les partis politiques français… Cet intérêt pour la communication des partis politiques via les réseaux sociaux m’est venu lors des dernières cantonales de mars 2015. Surprise par plusieurs messages que j’ai vu passer sur Facebook, Twitter et autre médias sociaux, je me suis penchée en détail sur la question et voici le résultat de mes recherches. Les partis politiques sont-ils présents sur le web ? Comment ? Sont-ils réguliers ? Quelles sont les différences avec les États-Unis ?…  J’ai mené l’enquête !

Politiques et réseaux sociaux : quels enjeux ?

Les partis politiques ont tout intérêt à être présent sur le web. Primo, c’est une porte de visibilité énorme car c’est l’occasion d’avoir un espace d’échange unique et mondial. Les partis peuvent ainsi diffuser leurs idées, fédérer leur communauté et même convaincre de futurs électeurs. Mais, malgré tout, certaines choses peuvent être améliorées… Faisons le point sur la situation.

Tous les partis utilisent un site web pour diffuser tout un tas d’infos, par contre, pour les réseaux sociaux, ils sont plutôt réticents. Il est rare que les partis cumulent une dizaine de réseaux, le plus souvent, ils sont actifs sur Facebook et/ou Twitter. Ils en profitent pour partager leurs actus, impliquer leur communauté à leur prochain meeting ou encore à diffuser leurs idées concernant une loi ou un changement impactant. Pourtant, certains réseaux pourraient être très intéressants pour promouvoir leur image.

Ce n’est pas une généralité, mais certains partis ont bien saisi l’importance du visual social media marketing et raffolent des plateformes de vidéos comme Youtube ou Dailymotion. Il arrive que les partis disposent de deux plateformes mais qu’un seul soit vraiment actualisé, c’est le cas par exemple du NPA. Les plateformes tendances comme Instagram et même Flickr permettent aux partis de rencontrer leur public. Ces plateformes, pour le moment peu utilisées, rencontrent pourtant un franc succès. Les partis qui sont prêts à humaniser et à promouvoir leur image ont tout intérêt à s’y intéresser !

5c77323a-9044-456f-a56a-6f1881f88d4b

Les partis comme le NPA, Debout pour la France ou encore Mouvement pour la France, ont opté pour une utilisation des réseaux légèrement différentes : ils utilisent ceux des dirigeants du parti. C’est une stratégie intéressante … à condition qu’il y ait une parfaite entente et cohésion entre les partis et ses représentants.

Les réseaux sociaux : un espace dangereux ?

C’est une réalité, sur les réseaux sociaux, il faut être ultra réactif. Un tweet envoyé trop vite et c’est la toile qui s’enflamme ! Alors oui, il faut être prudent, surtout que la politique est un très souvent synonyme de sujet brûlant.

Sur les réseaux sociaux, les personnages politiques sont en contact avec leurs partisans mais aussi avec leurs détracteurs. Cette interactivité est difficile à gérer : commentaires négatifs, trolls, insultes… . Leur e-réputation est donc fragilisée et mise à l’épreuve encore plus qu’ailleurs. Alors, la plupart des partis restent très conventionnels et publient que des photos de leur conférence. Nous sommes très loin de la communication très perso du président américain, Barack Obama.

Obama : le pionnier

instagram-barack-obama

S’il y un homme politique qui utilise les réseaux sociaux à merveille, c’est bien lui ! Depuis 2008, pour sa première campagne pour la présidence, il est omniprésent sur les réseaux. Il détient à son actif plus d’une dizaine de réseaux, qui sont toujours visibles et la plupart sont mis à jour régulièrement. On parle même d’une armée de près de 100 community managers et un score Klout à 99 sur 100 ! Il se dévoile, gère avec soin son storytelling. On le voit ici se faire vacciner, puis sa femme Michelle visitant une école, lors d’un interview… On peut suivre sa vie pas à pas et c’est cela qui crée la proximité avec ses fans sur les réseaux sociaux.

Et ça, c’est une première différence importante. En France, hors période électorale, les réseaux sociaux sont parfois abandonnés pendant plusieurs mois. Là où Obama est sur Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, Google +, Youtube mais aussi sur des réseaux spécifiques, les politiques français ont à leur nom, un profil sur Facebook, Twitter et parfois Instagram.

Les réticences françaises

Obama assure sa présence sur 7 réseaux classiques, alors qu’en moyenne les politiciens français ne sont principalement présents que sur Facebook, Twitter et parfois Instagram.

Clique ici pour recevoir ton Guide FACEBOOK  !

Je pense qu’une des raisons principales, est directement liée aux budgets alloués pour les campagnes. En France, ces budgets sont plafonnés à une certaine somme (dans le cas des présidentielles : 16,851 millions d’euros pour les candidats au premier tour et à 21,509 millions pour ceux du second tour) alors que ce n’est pas le cas aux USA. Les budgets américains des politiciens approchent le milliard d’euros et servent principalement à la communication. Alors qu’en France, les budgets conséquents mais insignifiant face aux Etats-Unis servent principalement à organiser des meetings.

Une frontière vie privée vie publique poreuse

Autre différence majeure, la distance en vie publique et vie privée. Les hommes politiques sont tout le temps traqués par les photographes, leurs discours sont suivis à la lettre, ils doivent assurer continuellement leur présence médiatique et avoir une image de représentant.

Quand on se rend sur les réseaux de Barack Obama, on découvre une image d’un président qui partage des photos de la vie quotidienne. Nous le voyons aux côtés d’enfants souriants, dans des conférences mais nous connaissons aussi sa vie de famille. Il n’hésite pas à prendre des selfies avec des électeurs ou partager des photos de l’anniversaire de sa femme, de son sapin de Noël, de la fête des pères, de son chien, ou encore avec des amis en train de jouer au billard ou au football américain. Les politiques français sont ils prêts à cela ?

capture-facebook-obama

Particulièrement visibles sur Instagram et Facebook, ces photos rendent la frontière entre vie privée et vie publique très poreuse. C’est une prise de position que les politiciens français ne semblent pas prêts à assumer… Ca expliquerait pourquoi peu sont présents sur Instagram. Car c’est quand même une plateforme parfaite pour partager des moments de sa vie privée !

Seuls, Nicolas Sarkozy, François Bayrou et récemment Marine Le Pen sont inscrits et actifs. Nicolas Sarkozy est celui qui s’approche le plus d’une vision américaine. Photo de dîners officiels, rencontre auprès d’enfants malades, portraits de ses militants, ou encore citations fortes sont publiées régulièrement.

instagram-nicolas-sarkozy

Les politiques utilisent les réseaux comme relais, comme représentation de leur activité mais développent peu leur personal branding et n’ont pas pour objectif de promouvoir une image de citoyen lambda.

Du neuf côté français ?

Alors, certains partis proposent des choses qui sortent un peu plus de l’ordinaire. Par exemple, l’UMP en 2010 a tenté de mettre en place son propre réseau social. Le succès espéré n’a pas été au rendez-vous et le réseau « Les créateurs de possibles » a été fermé depuis. Même initiative du côté du front national avec son réseau « Les patriotes » qui semble toutefois recevoir un plus grand intérêt de la part de ses partisans.

Le Modem a aussi un aspect intéressant sur son site web. En effet, ce dernier a mis en place sa propre boutique en ligne constituée d’accessoires et de vêtements à l’image du parti. C’est un moyen d’impliquer leurs partisans et de les pousser à l’action.

capture-boutique-modem

En France, beaucoup d’idées restent à développer et les réseaux sociaux pourraient être un véritable tremplin pour les partis. Quand on sait que 33% des jeunes s’informent politiquement sur les réseaux sociaux, ce serait quand même dommage de s’en priver !

Allez, hommes et femmes politiques français il serait peut être temps de sauter vraiment le pas et de bénéficier de tout l’intérêt que peut vous apporter les réseaux sociaux : proximité, explications de vos actions, rapprochement avec vos électeurs, storytelling de vous, de votre parti et de vos actions !

Qu’en pensez-vous ? Pensez-vous aussi que les opportunités sont nombreuses ? Avez-vous vu d’autres initiatives intéressantes de partis politiques en France ou dans d’autres pays ?

Si par hasard, vous êtes vous-même une femme ou un homme politique ou même un parti politique français et que vous avez besoin de conseils pour améliorer votre propre présence sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à me contacter ! 😉

Pour aller plus loin : retrouver la présentation “Politique et réseaux sociaux” sur Slideshare.

Partagez cet article

Vous avez aimé cet article ? Alors ayez la partage attitude !

Pin It on Pinterest

Share This